Encore quelques places disponibles pour les gardes de chiens et chats pour Noël !

Garde d’animaux à Toulouse,
SOS imprévus
< Retour aux actualités

Le SIDA du chat

sida du chat
Domianim

Domianim, spécialiste de la garde d’animaux à domicile sur le bassin toulousain, vous propose cet article sur le SIDA du chat. En effet, avec les années de notre activité, nous constatons une augmentation des cas du FIV. Face à cette pathologie incurable, il existe des mesures à prendre pour que votre chat vieillisse le mieux possible. 

 

Qu'est-ce que le Sida du chat ?

Comme pour les humains, le Sida chez le chat est une maladie immunodéficiente, il s'agit d'un virus qui affaiblit progressivement le système immunitaire et amène en quelque sorte à l'autodestruction de ce dernier. Cette pathologie infecte principalement les lymphocytes T, qui jouent un rôle majeur dans le système immunitaire. Ce phénomène de destruction cellulaire rend le chat infecté vulnérable à l'assaut de nombreuses autres maladies, qui contribuent à affaiblir encore plus l'organisme, et peuvent provoquer la mort prématurée de l'animal. Si elle est détectée à temps, l'évolution de la maladie et de ses symptômes peut néanmoins être contrôlée grâce à des mesures vétérinaires. La durée de vie d'un chat atteint reste hélas très variable et le FIV conduira, tôt ou tard, à son décès. 

 

Comment le FIV se transmet-il ?

Le virus du FIV se transmet directement par la salive d'un chat atteint qui va mordre un chat jusqu'au sang et lui inoculer par voie sanguine. La contamination d'une mère à ses chatons n'est pas systématique et ne se produit que si elle est atteinte depuis peu. Concernant la transmission par l'intermédiaire du bac à litière ou des gamelles d'alimentation, si plusieurs chats les partagent, des incertitudes demeurent mais il est certain que les chats ne se contaminent pas entre eux simplement en se côtoyant. 

Les chats mâles non castrés sont particulièrement exposés au FIV quand ils ont accès à l'extérieur, car ils y rencontrent des congénères avec lesquels ils risquent de se battre. Ainsi, un chat qui ne sort jamais ne court aucun risque, mais un chat entier qui vagabonde devrait être testé régulièrement (au minimum une fois par an) avec une analyse de sang réalisée par le vétérinaire. 

 

Quels sont les symptômes du FIV ?

Un chat atteint par le FIV peut vivre pendant des années sans présenter de symptômes spécifiques. Cette période est appelée "phase asymptomatique", ce qui veut dire que le chat, après avoir été contaminé, est porteur du virus de manière "discrète". Lors de la contamination, il ne présente pas non plus de signes cliniques particuliers, hormis de légers troubles qui peuvent rester inaperçus : baisse de forme, fièvre... 

 

Plusieurs mois ou années plus tard, survient la phase de déclaration de la maladie où l'on peut observer une dégradation de son état de santé général accompagnée d'une perte d'appétit, d'un amaigrissement, de l'apparition de tumeurs et troubles sanguins (atteinte des globules rouges et/ou blancs et des lymphocytes) et d'infections opportunistes dues à l’immunodépression. Les symptômes observables les plus courants dans cette phase sont : fièvre, pelage terne, gingivites, stomatites, diarrhées, infections à répétition, conjonctivite, troubles mentaux etc. Le chat attrape alors des maladies communes, desquelles il se remet mal, et accumule de plus en plus de troubles. 

 

Quels traitements contre le FIV ?

Si le meilleur traitement reste la prévention, il existe des mesures qui permettent aux chats atteints par le FIV de vivre longtemps et dignement. 

Des traitements antimicrobiens peuvent aider à lutter contre les infections et bactéries risquant de l'assaillir. 

L'usage de médicaments anti-inflammatoires aident également à traiter les symptômes d'affections dérivées comme la stomatite et la gingivite. 

Le renforcement des défenses immunitaires de l'animal, grâce à des compléments alimentaires, et des apports caloriques adaptés passant par un régime alimentaire spécial sont possibles. On préconise alors une nourriture humide hautement calorique (gammes vétérinaires) afin de le maintenir en bonne forme. 

Une désinfection régulière de son habitat et des vaccins à jour sont aussi essentiels.